Sherry Turkle

Professeur d’études sociales en science et technologie au Massachusetts Institute of Technology (MIT).

Site personnel

Ses livres : 

Psychoanalytic Politics: Jacques Lacan and Freud’s French Revolution (1978) – traduit en Français sous le titre La France freudienne (Grasset, 1983)
The Second Self: Computers and the Human Spirit (1984) – traduit en Français sous le titre Les Enfants de l’ordinateur (Denoël, 1986)
Life on the Screen: Identity in the Age of the Internet (1995)
Evocative Objects: Things We Think With, (Ed.), MIT Press (2007)
Falling for Science: Objects in Mind, (Ed.), MIT Press (2008)
The Inner History of Devices, (Ed.), MIT Press (2008)
Simulation and Its Discontents, MIT Press (2009)
Alone Together, Basic Books (2011) – traduit en Français sous le titre Seuls ensemble (L’échappée, 2015)

Voici le lien vers l’un de ses derniers articles, paru dans la version en ligne du Washington Post : Pourquoi les robots « amicaux » ne seront jamais de bons amis pour nos enfants.  

Sherry Turkle est notamment l’auteur d’un essai remarqué traduit en français, Seuls ensemble paru aux Éditions de l’Échappée (sous-titre : De plus en plus de technologies de moins en moins de relations humaines). Voici le résumé qu’en donne l’éditeur : 

Comment les nouvelles technologies ont-elles redessiné le paysage de nos vies affectives et de notre intimité ? Telle est la question centrale de Seuls ensemble. Pour y répondre, l’anthropologue Sherry Turkle a étudié pendant quinze ans nos relations avec les objets technologiques.
Elle a observé chez les utilisateurs de robots de compagnie une tendance à les considérer comme vivants et à se laisser duper par leurs réactions préprogrammées. Un nouveau fantasme est ainsi en train d’émerger, où des substituts technologiques, sûrs et sans surprises, pourraient bientôt remplacer les relations interpersonnelles, éprouvantes et imparfaites.
Elle a constaté qu’une dynamique similaire était à l’œuvre dans nos rapports aux nouvelles technologies en général. L’ultra-connectivité s’accompagne de comportements compulsifs qui mettent en péril les bienfaits d’une certaine solitude, nécessaire à la construction de soi. Ses enquêtes sur les adolescents révèlent leur dépendance accrue aux smartphones et leur tendance à préférer les interactions médiatisées à celles en tête-à-tête – considérées comme trop risquées et trop exigeantes.
Ce livre captivant a eu un grand retentissement aux États-Unis, car il montre, preuves à l’appui, comment nous nous coupons de ce qui est au fondement de toute relation humaine : l’altérité et sa part d’imprévisibilité, de risques et de plaisirs, à jamais inaccessibles à des systèmes informatiques.

Les Échos : 

« Plus nous sommes connectés, plus nous sommes, aussi, rétractés, happés par les écrans, coupés de ceux qui nous entourent, seuls ensemble, comme le souligne l’anthropologue américaine Sherry Turkle, du MIT, dans un livre qui a fait date.« 

Sciences et Avenir : 

« Des ados ultraconnectés, qui ne communiquent plus que par smartphone interposé avec leurs amis, aux personnes âgées d’une maison de retraite, qui parlent de la relation affectueuse avec leur robot, […] ce livre résume quinze ans d’observations de ces changements par une anthropologue et psychologue américaine placée aux premières loges.« 

Mediapart : 

« Anthropologue attachée au MIT, Sherry Turkle rend compte dans un livre copieux d’une enquête de plusieurs années qu’elle a menée sur un double objet : l’entrée des robots dans la vie ordinaire des Américains, la connectivité dans laquelle nous sommes tous pris en permanence. Dans les deux cas, il s’agit de voir comment les nouvelles technologies envahissent l’existence des êtres humains et quels effets elles produisent sur eux.« 

Il est facile de se procurer son dernier ouvrage, « Reclaiming Conversation » paru en 2016, qui expose les dégâts des smartphones chez les étudiants américains. Jonathan Franzen, le célèbre auteur de Freedom et Liberty, livre sa critique du livre dans le New York Times.

By |2018-05-18T18:04:17+00:00avril 2nd, 2018|Références|0 Comments

Leave A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :